Amériques Métisses

Le terme de «pensée noire» pourrait au premier abord paraître ségrégationniste : parle-t-on de pensée blanche ? Aujourd'hui, cette règle atténue notre « complexité » et nos multiplicités pour simplifier les choses. Cela veut dire grandir partiellement invisible ; choisir et caricaturer un côté pour le rendre plus compréhensible, accessible et donc rassurant. Dire de moi que je suis métis, c'est ne rien dire au fond… Avec tout ce que cela charrie de fantasmes, de perceptions à la fois très claires et bruyamment floues.les métis célèbres

Gruzinski : Intégraux les Brésiliens, par exemple, ne sont pas métis. Mais la culture brésilienne est une culture métisse. Le côté positif est la capacité des individus à accumuler, additionner des patrimoines culturels. Il est beaucoup plus riche d'avoir trois cultures que d'avoir une seule culture. Mais cela, dans la mesure où l'individu est libre de pouvoir choisir le patrimoine, voici la dimension positive. La négative c'est quand un mélange est imposé, lié à un même domaine, à des domaines extrêmement limités qui peuvent ne concerner que certains aspects de la vie quotidienne et des loisirs, et que les individus ne peuvent pas choisir. conseils C'est une question de liberté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *